Cet homme valait mieux que tous ses ennemis ensemble ; mais je n'ai jamais approuvé ni les erreurs de son livre, ni les vérités triviales qu'il débite avec emphase. J'ai pris son parti hautement, quand des hommes absurdes l'ont condamné pour ces vérités mêmes.
(Voltaire - l'Encyclopédie)

lundi 23 avril 2012

Hollande : attention, cet homme est dangereux !

C'est ce qu'il ressort de notre sondage réalisé cette semaine auprès de vous, chers internautes. En effet, 60 % d'entre vous considèrent le candidat socialiste comme un homme dangereux, dont les décisions risquent de mettre notre économie en difficulté. Néanmoins, 33 % l'ont jugé comme un homme politique ayant la stature d'un chef d'Etat, et 16 % le considèrent comme un gouvernant possible. Reste aujourd'hui à choisir entre le catastrophique Sarkozy (voir notre sondage de la semaine dernière) et le dangereux Hollande !

Pas de surprise pour le second tour

La fin du suspens pour le second tour. A l'heure de regagner le travail ce lundi matin, les Français vont découvrir des chiffres affinés, qui donnent la première place à François Hollande (28,63%) qui devance Nicolas Sarkozy (27,08%). Ce sera donc bien le duel prévu qui opposera les deux grands leaders politiques français dans 15 jours. Derrière eux, Marine Le Pen grossit encore le score du F.N. en atteignant 18,01%. Un peu décevant les résultats de Jean-Luc Mélenchon (11,13%) et de François Bayrou (9,11%) que l'on donnait pourtant en mesure de faire jeu égal avec la présidente du parti d'extrême-droite. Les cinq autres candidats ne franchissent pas la barre fatidique des 5% qui permet aux candidats d'espérer un remboursement plus conséquent de leurs frais de campagne. Eva Joly est à 2,28%, Nicolas Dupont-Aignan à 1,80%, Philippe Poutou à 1,15%, et enfin Nathalie Arthaud recueille 0,57 % quand Jacques Cheminade se contente de 0,25%. Nous mettons donc en place un nouveau sondage sur le second tour dès aujourd'hui. Alors, à vos souris !

samedi 21 avril 2012

Votera...votera pas ?

A la veille du premier tour, c'est la grande angoisse des appareils politiques. Entre les électeurs indécis, qui assurent qu'ils iront voter, mais ne savent pas encore pour lequel des dix candidats, et ceux qui s'abstiendront, voteront blanc, ou nul, et bien, cela représente du monde. Et cette masse de personnes qui ne rentrent pas dans le carcan étriqué des sondages, et bien, cela rend le jeu politique floue, et donc inquiète nos candidats. Aussi, jusqu'à hier soir minuit, chaque camp a essayé jusqu'à la dernière minute de faire passer son message. Tractage sauvage, manifestation, réunions publiques, avant l'heure qui marque la fin de la campagne officielle. Aujourd'hui et demain, chaque électeur doit être libre de faire son choix, sans être influencé de quelque manière que ce soit, et de voter dimanche, en son âme et conscience, pour celui ou celle qu'il juge à même de devenir le locataire de l'Elysée pour les cinq prochaines années. Mais pour vous aider, Blogelection2012 est là. Retrouvez toutes les informations que vous pourriez rechercher (sites des candidats, retour sur le passé de cette campagne, sondages, etc...) sur notre blog. Vous pouvez même consulter notre blog sur le quinquennat qui s'achève, la Méthode Sarkozy, sur lequel nous avons, en toute objectivité, étudier les promesses du candidat Sarkozy en 2007, et leur mise en action, ou pas, durant les cinq années qui viennent de s'écouler.

http://methodesarkozy.blogspot.fr/

vendredi 20 avril 2012

Le chômage : sujet essentiel de la campagne

Alors que les chiffres du chômage explosent, et à deux jours du premier tour de la campagne, notre sondage révèle que c'est ce sujet qui vous semble comme le plus important dans cette campagne. 52% d'entre vous le classe comme le sujet central de cette présidentielle. En second lieu, avec 46% des voix, la dette de la France vous semble aussi un des sujets essentiels. En troisième position de vos centres d'intérêts avant de voter dimanche vient la crise avec 42% des voix. D'autres sujets semblent important à plus d'un quart d'entre vous, comme l'éducation (32%) et la santé (27%). Les autres sujets vous ont semblés moins centraux, comme l'immigration (21%), l'agriculture (20%, l'industrie (19%), la laïcité (16%), les retraites (15%), le nucléaire et la culture (13%), l'insécurité, la jeunesse et l'écologie (12%), et enfin, les transports (6%), et le mariage homosexuel (4%)

mercredi 18 avril 2012

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : Nicolas Dupont-Aignan



Nom : Dupont-Aignan

Prénom : Nicolas

Age : 51 ans

Profession : Administrateur civil

Mandats actuels : Maire d'Yerres depuis 1995. Député de l'Essonne depuis 1997.

Mandats précédents : aucun

Résultat lors de précédentes élections : Régionales 2010 : 4,15 % (Ile de France)
Municipales 2008 : 79,7 % (Yerres)

Vie politique : Après avoir milité, encore enfant, pour la candidature de Jacques Chaban-Delmas à la présidentielle de 1974, il rejoindra, devenu adulte, le RPR. Membre du cabinet de Michel Barnier, alors Ministre de l'Environnement, au moment de la présidentielle de 1995, il choisit de ne soutenir ni Balladur, ni Chirac. Il se rapprochera de Philippe Séguin, lorsque celui-ci deviendra président du parti gaulliste, avant de fonder en 1999 sa propre mouvence au sein du RPR : Debout la République. Toutefois, la même année, il appelle à voter pour la liste conduite par Charles Pasqua et Philippe de Villiers lors des européennes, contre celle du RPR emmenée par Sarkozy. Il rejoint alors le Rassemblement Pour la France, crée par Charles Pasqua, mais le quitte en 2000, avant la rupture entre Pasqua et De Villiers. Il tente alors de se rapprocher de Philippe Séguin, puis de Jean-Pierre Chevènement. Après la victoire de Jacques Chirac lors de la présidentielle 2002, il revient dans la majorité en rejoignant l'UMP. Il s'oppose cependant de plus en plus à la ligne du parti majoritaire, ne le trouvant pas assez dans la ligne du gaullisme. Après s'être opposé au Traité Instituant la Constitution Europénne, et au C.P.E., il décide de quitter l'UMP avant la présidentielle de 2007. Il fonde alors son parti Debout la République. Faute de signatures, il ne peut se présenter à la présidentielle cette année-là, mais réussit à obtenir ses 500 parrainages cette année et peut ainsi participer à sa première campagne présidentielle.

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : Jacques Cheminade



Nom : Cheminade

Prénom : Jacques

Age : 70 ans

Profession : Fonctionnaire

Mandats actuels : aucun

Mandats précédents : aucun

Résultat lors de précédentes élections : Européennes 2004 : 0,11 % (Ile de France)
Présidentielle 1995 : 0,27 %

Vie politique : Il est candidat aux législatives de 19778, à Paris. Puis il devient secrétaire général du POE (Parti Ouvrier Européen) en France en 1981. N'ayant pu obtenir ses 500 sigantures pour présenter sa candidature à la présidentielle de 1981, il appelle à voter Giscard d'Estaing. Au début des années 1980, il discrédite des hommes politiques de gauche (Delors, Rocard) en les présentant comme fascistes, et attaque Miterrand en le faisant passer pour un représentant, soit du pouvoir soviétique, soit du fascime. Après la dissolution du POE en 1989, il dirige la FNS (Fédération pour une Nouvelle Solidarité) qui succède au POE. Candidat lors de la présidentielle de 1995, il verra à la fin de l'élection ses comptes de campagnes invalidés, ce qui l'empêchera d'être remboursé, et ses biens seront hypothéqués pour faire face aux dépenses de la campagne. En 1996, il fonde Solidarité et Progrès, son nouveau parti. N'ayant pu obtenir ses 500 signatures en 2002, ni en 2007, il annonce vouloir voter pour Ségolène Royal. Il est le premier candidat à avoir obtenu ses 500 parrainages, ce qui lui permet de participer, cette année, à sa deuxième campagne présidentielle.

mardi 17 avril 2012

Sarkozy : la catastrophe !


Notre sondage a été sans appel pour l'actuel chef d'Etat. Alors que nous vous demandions de donner votre avis sur la politique menée par le candidat-président durant son mandat qui se termine, vous nous avez répondus à 77 % qu'il avait été une catastrophe pour notre pays. 16 % d'entre vous pensent qu'il a commis des erreurs, mais a su parfois apporter les bonnes réponses à certains problèmes, et 5 % l'ont jugés ni pire ni meilleur qu'un autre.
Notons qu'aucun de vous n'a jugé qu'il avait été un président fort qui avait gardé à la France sa place et l'avait sauvé de la crise.
Nous vous proposons de vous rendre sur notre blog la méthode Sarkozy, afin de juger par vous même des réalisations de ce mandat présidentiel, en toute objectivité.

http://methodesarkozy.blogspot.fr/

Notre dernier sondage avant le premier tour portera sur votre vision du principal adversaire du Chef de l'Etat : François Hollande ! Alors à vos souris et votez !

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : François Hollande



Nom : Hollande

Prénom : François

Age : 57 ans

Profession : Avocat - Maître de conférence en économie - Homme politique

Mandats actuels : Président du Conseil Général de Corrèze depuis 2008. Député de Corrèze depuis 1997.

Mandats précédents : Conseiller Municipal d'Ussel (1983-1989)
Député de Corrèze (1988-1993)
Adjoint au maire de Tulle (1989-1995)
Conseiller régional du Limousin (1992-1992)et (1998-2001)
Député européen (1999-1999)
Maire de Tulle (2001-2008)

Résultat lors de précédentes élections : Municipales 2002 : 72,2 % (Tulle)
Législatives 2007 : 60,25 % (Corrèze)

Vie politique : Militant, puis président de la section UNEF de L'Institut d'Etude Politique de Paris, il soutient la candidature de François Mitterrand à la présidentielle de 1974. Il adhère finalement au P.S. en 1979. La même année, il est nommé chargé de mission à l'Elysée sur les questions économiques. Il le restera après l'élection de François Mitterrand en 1981. Il soutient la candidature de Lionel Jospin en 1995, avant de devenir premier secrétaire du Parti Socialiste. Il décide de ne pas se présenter en 2007, et soutient la candidature de Ségolène Royal, sa compagne du moment. Vainqueur de la primaire socialiste en 2011, il est candidat pour la première fois à la présidentielle.

lundi 16 avril 2012

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : Eva Joly



Nom : Joly

Prénom : Gro Eva

Age : 68 ans

Profession : Magistrate

Mandats actuels : Député européenne depuis 2009.

Mandats précédents : aucun

Résultat lors de précédentes élections : Européennes 2009 : 20,86 % (Ile de France)

Vie politique : Après avoir tenté de se rapprocher du Modem en 2007, elle rejoint finalement Europe Ecologie en 2008, et intègre la liste de Daniel Cohn Bendit pour les euopéennes 2009 en Ile de France. Elue dandidate d'EE-LV en juillet 2011 face à Nicolas Hulot, elle participe à sa première campagne présidentielle.

dimanche 15 avril 2012

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : Marine Le Pen



Nom : Le Pen

Prénom : Marion Anne Perrine

Age : 43 ans

Profession : Avocate

Mandats actuels : Député européenne depuis 2004. Conseillère régionale du Nord-Pas de Calais depuis 2010.

Mandats précédents : Conseillère régionale du Nord-Pas de Calais (1998-2004)
Conseillère régionale d'Ile de France (2004-2010)
Conseillère Municipale d'Hénin-Beaumont (2008-2011)

Résultat lors de précédentes élections : Régionales 2010 : 22,20 % (Nord-Pas de Calais)
Européennes 2009 : 10,18 % (Nord-Ouest)

Vie politique : Elle adhère dès l'âge de 18 ans au parti fondé par son père, le Front National. Elle va peu à peu au cours des années 2000 prendre de l'importance au sein du parti d'extrême-droite, s'opposant nettement à d'anciens leaders du F.N. qui préfèrent souvent quitter le mouvement, n'étant pas d'accord avec sa vision politique. Elle succède à son père en 2011 à la tête du F.N., en étant élu présidente avec 67,65% des voix des militants. Elle se déclare aussitôt candidate à la présidentielle 2012. C'est sa première campagne présidentielle.

samedi 14 avril 2012

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : Jean-Luc Mélenchon



Nom : Mélenchon

Prénom : Jean-Luc

Age : 60 ans

Profession : Journaliste

Mandats actuels : Député européen depuis 2009

Mandats précédents : Conseiller Municipal de Massy (1983-2001)
Conseiller Général de l'Essonne (1985-1992), (1998-2000) et (2001-2004)
Sénateur de l'Essonne (1986-2000)et (2004-2010)
Adjoint au maire de Massy (1989-1995)
Ministre délégué à l'enseignement professsionel (2000-2002)

Résultat lors de précédentes élections : Européennes 2009 : 8,15 % (Sud-Ouest)

Vie politique : Il va être le meneur de la révolte lycéenne à Besançon durant le mois de mai 1968, avant de rejoindre l'O.C.I. (Organisation Communiste Internationaliste) dont il sera le responsable local de 1972 à 1975. Il en est finalement radié, et rejoint en 1977 le Parti Socialiste de François Mitterrand dont il sera un fidèle soutien. En 1997, il se présente même comme candidat au poste de premier secrétaire du P.S. contre François Hollande, mais est battu. Il rejoint le gouvernement Jospin en 2000, mais commence à s'éloigner de la ligne politique du parti au moment du référendum sur le TICE (Traité Instituant la Constitution Européenne) en 2005. Soutenant mollement la candidature de Ségolène Royal en 2007, il rompt finalement avec le P.S. et fonde en 2009 le Parti de Gauche dont il devient le président. Nommé en 2011 comme candidat par l'union du PCF, du Parti de Gauche et de la Gauche unitaire, réunies sous le nom de Front de Gauche, il participe à sa première campagne présidentielle.

vendredi 13 avril 2012

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : François Bayrou



Nom : Bayrou

Prénom : François

Age : 60 ans

Profession : Professeur de lettres - Exploitant agricole

Mandats actuels : Député des Pyrénées Atlantiques depuis 2002.Conseiller Municipal de Pau depuis 2008.

Mandats précédents : Conseiller Général des Pyrénées Atlantiques (1982-2008)
Conseiller Municipal de Pau (1983-1993)
Député des Pyrénées Atlantiques (1986-1993) et (1997-1999)
Ministre de l'Education Nationale (1993-1997)
Député européen (1999-2002)

Résultat lors de précédentes élections : Présidentielle 2007 : 18,57 %
Présidentielle 2002 : 6,84 %

Vie politique : Dès le début de son parcours politique il rejoint les rangs de l'UDF. Après avoir été Ministre de l'Education sous les gouvernements Balladur, dont il soutient la candidature à la présidentielle de 1995, et Juppé, il devient président de l'UDF, qu'il va transformer en Modem en 2007. Déjà candidat à la présidentielle en 2002 et 2007, il participe à sa troisième campagne présidentielle cette année.

jeudi 12 avril 2012

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : Nicolas Sarkozy



Nom : Sarkozy de Nagy-Bocsa

Prénom : Nicolas

Age : 57 ans

Profession : Avocat

Mandats actuels : Président de la République depuis 2007

Mandats précédents : Conseiller Municipal de Neuilly sur Seine (1977-1983)
Maire de Neuilly (1983-2002)
Conseiller Général des Hauts de Seine (1985-1988 et 2004-2007)
Député des Hauts de Seine (1988-2007)
Ministre du Budget (1993-1995)
Député européen (1999-1999)
Ministre de l'Intérieur (2002-2004)
Ministre de l'Economie et des Finances (2004-2004)
Ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du Territoire (2005-2007)

Résultat lors de précédentes élections : Présidentielle 2007 : 53,06 %

Vie politique : Il adhère à l'U.D.R. en 1974, et soutien Jacques Chaban-Delmas, avant de rejoindre en 1976 le RPR de Jacques Chirac. Après son entrée au gouvernement Baladur en 1993, il se rapproche de celui-ci, et soutient sa candidature à la présidentielle de 1995. Toujours au RPR, dont il assure la présidence par intérim en 1999, il soutiendra Jacques Chirac lors de sa réélection en 2002. Il suit donc la fusion du RPR dans l'UMP, dont il devient le président en 2004. Candidat à la présidentielle de 2007, il est élu Président. C'est sa deuxième campagne présidentielle.

mercredi 11 avril 2012

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : Nathalie Arthaud



Nom : Arthaud

Prénom : Nathalie

Age : 42 ans

Profession : Professeur de gestion et d'économie

Mandats actuels : Conseillère Municipale de Vaulx en Velin (Rhône) depuis 2008.

Mandats précédents : aucun

Résultat lors de précédentes élections : Européennes 2009 : 0,84 % (Sud-Est)
Régionales 2010 : 1,42 % (Rhône-Alpes)

Vie politique : Militante de Lutte Ouvrière dès l'âge de 18 ans, elle est nommée porte-parole du parti pour la région Rhône-Alpes en 2005. Elle est la porte-parole d'Arlette Laguiller lors de la présidentielle de 2007, puis est nommée porte-parole nationale pour lui succéder en 2008. Le 5 décembre 2010, elle est désignée comme la candidate de L.O. C'est sa première campagne présidentielle.

mardi 10 avril 2012

Résultat de notre sondage : un second tour incertain


Cette semaine, notre sondage n'a pas permis de dégager un second tour évident.
Si Jacques Cheminade emporte un nombre suffisant de voix pour prendre la première place dans vos suffrages (33 %), la seconde place est disputée entre Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy et Jean-Luc Mélenchon (chacun 16 %). Derrière eux viennent Nicolas Dupont-Aignan, Eva Joly et François Hollande, qui recueillent chacun 5 % de vos suffrages.
Cette semaine, campagne officielle oblige, pas de sondage sur les candidats eux-mêmes, mais plutôt sur l'actuel locataire de l'Elysée, et son mandat qui se termine. Alors, à vos souris, et votez !

Blogelection2012 vous présente chaque candidat : Philippe Poutou

Comme lors de chaque présidentielle, chaque équipe de campagne a réalisé un clip afin de présenter, de manière succinte, le programme de chaque candidat. Nous avons choisit de vous proposer chaque jour le clip d'un candidat, agrémenté d'une courte présentation de chacun d'entre eux. Aujourd'hui, c'est le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, Philippe Poutou, que nous avons choisis de vous présenter.



Nom : Poutou

Prénom : Philippe

Age : 45 ans

Profession : Ouvrier à l'usine First-Ford de Blanquefort (Gironde)

Mandats actuels : aucun

Mandats précédents : aucun

Résultat lors de précédentes élections : - Régionales 2010 : 2,52 % (Aquitaine)

Vie politique : Militant à Lutte Ouvrière (1984-1997) il est exclu du parti, et fonde La Voix des Travailleurs, mouvement qui intègre la LCR en 2000. Il suit la mutation de la LCR en NPA en 2009. Il est élu candidat à la présidentielle 2012 par 67% des voix lors de la conférence nationale du 25 juin 2011. C'est sa première campagne présidentielle.

dimanche 8 avril 2012

Dupont-Aignan et la sécurité dans l'Essonne.


Le député-maire de Yerres a dénoncé dans un communiqué ce samedi le manque d'effectifs de police dans le département dont il est l'élu. Saluant toutefois la décision de Claude Guéant d'y faire venir des renforts, il a cependant déploré le fait qu'il faille attendre quatre crimes pour que les autorités réagissent.
"Il a fallu l'affaire de Toulouse pour qu'on se pose la question du trafic d'armes dans notre pays, il faut en Essonne qu'il y ait ces drames, ces assassinats, pour que tout à coup on envoie ces renforts."
Et concernant sa circonscription, d'ajouter "Dans mon commissariat de Montgeron, l'accueil n'est par exemple plus assuré et il faut sonner avant de pouvoir pénétrer dans un bâtiment en sous-effectifs donc les permanents ont été réduits de 20% malgré une explosion des cambriolages et des attaques aux personnes !"
Le candidat de Debout la République fustige donc, lui aussi, la mauvaise gérance de la sécurité, qui avait été, on s'en souvient, un des points forts de Nicolas Sarkozy en 2007.

mercredi 4 avril 2012

François Hollande donne le cap pour la première année


Le candidat socialiste a annoncé aujourd'hui son programme de réformes pour la première année de son mandat, s'il est élu le 6 mai prochain. Il a tout d'abord précisé qu'il souhaitait que son action soit rapide, mais cohérente, pour éviter les erreurs du précédent gouvernement.
"Ce que doivent comprendre ceux qui m'écoutent, c'est que nous allons agir vite et en cohérence, c'est que nous allons éviter ce qui s'est passé depuis cinq ans c'est-à-dire la virevolte, l'inconstance".
Il a ensuite présenté les points essentiels de son programme. Tout d'abord, il souhaite réduire les revenus du Chef de l'Etat et des membres du gouvernement de 30%. Ensuite, il bloquera les prix de l'essence pour trois mois, et augmentera l'allocation de rentrée scolaire de 25%. Enfin, il rétablira le départ à la retraite à 60 ans, et engagera le retrait des troupes françaises d'Afghanistan, d'ici fin 2012.
D'autres mesures, notamment dans le domaine fiscale (comme par exemple la taxation à 75% des revenus de plus d'un million) verraient le jour, ainsi que dans le domaine social.
Le candidat a également annoncé qu'il comptait inscire la laïcité dans la constitution, et faire disparaître l'immunité présidentielle.

mardi 3 avril 2012

Un débat...pour relancer le débat ?


Nicolas Dupont-Aignan a obtenu gain de cause. Le candidat de Debout la République ! n'a, en effet, cessé, ces derniers jours, de réclamer un véritable débat opposant les 10 candidats à la présidentielle.
Cela sera chose faites, le 16 avril prochain, sur le plateau de "Mots Croisés", l'émission de France 2. Même si on ne peut encore garantir la présence de tous les candidats, ils seront au moins représentés par des membres de leurs partis.
Ce débat, tant réclamé par le député de l'Essonne, arrive peut-être à point nommé dans la campagne, tant on prends conscience d'une manière de plus en plus forte ces derniers jours du désintérêt des Français pour cette présidentielle.
Sans véritable débat, lui reprochent certains, surtout faites sur les petites phrases qui se répondent et les attaques basses et politiciennes, cette campagne n'a pas l'attrait de celle de 2007. Certains y voient aussi le manque de nouveauté, avec un Nicolas Sarkozy qui se représente au suffrage des citoyens, et les autres candidats qui restent sur la ligne de ce qui a été fait par eux-mêmes (comme François Bayrou) ou leurs prédécesseurs (comme Marine Le Pen, François Hollande, Philippe Poutou, Eva Joly ou Nathalie Arthaud). Seul Jean-Luc Mélenchon semble apporter un peu de fraîcheur dans le débat, ce qui explique sans doute sa montée dans les sondages actuels.
Reste que la peur d'un taux d'abstention élevé, et d'une présence importante du vote blanc dans les urnes au soir du 22 avril est de plus en plus présent chez les candidats et au sein des appareils politiques.

Résultat de notre sondage : Jacques Cheminade élu !


Alors que le candidat de Solidarité et Progrès ne décolle guère dans les sondages publiés dans les autres médias, il semble que les internautes qui nous lisent l'aient plébisicités vu qu'il recueille 57 % de vos suffrages cette semaine.
En deuxième position, on retrouve Jean-Luc Mélenchon à 15 %, puis François Hollande termine troisième avec 10 % des voix.
Philippe Poutou, Nicolas Dupont-Aignan et Nicolas Sarkozy recueillent chacun 5 % de vos suffrages.
Nous relançons donc notre sondage pour une nouvelle semaine. Alors n'hésitez pas à faire entendre votre voix, et votez ! A vos souris, chers internautes !

lundi 2 avril 2012

Eva Joly s'écroule...mais pas dans les sondages !


La candidate d'Europe Ecologie - Les Verts a fait une mauvaise chute hier soir, alors qu'elle descendait l'escalier de sortie d'un cinéma de Montparnasse, où elle venait d'assister à titre privé à une séance du film "38 témoins" de Lucas Belvaux.
Elle aurait ensuite perdu connaissance, et souffrirait de légers hématomes au visage et notamment à la paupière droite.
Hospitalisée dès hier soir à l'hôpital Cochin, elle s'y trouverait toujours, mais non pas parce que son état inquiéterait véritablement les médecins, que plutôt par sécurité, du fait de la personnalité concernée.
Au sein du parti écologiste, on se veut rassurant, même si Jean-Vincent Placé a dû la remplacer pour une interview prévue sur RTL ce matin. Cécile Duflot, la secrétaire générale d'EELV, qui est en lien permanent avec la candidate, continue d'assurer que les meetings et interventions d'Eva Joly prévus dans les prochains jours seront maintenus, celle-ci devant sortir vraisemblablement de l'hôpital dans la journée, demain au plus tard.
Rappelons toutefois que si, ce qui semble peu vraisemblable, l'état de santé de la député européenne l'empêchait de participer physiquement à la campagne, le Conseil Constitutionnel pourrait décider un report du premier tour.

Marine Le Pen promet une grande surprise au soir du premier tour


La candidate du Front National est plus que jamais confiante, malgré sa baisse actuelle dans les sondages. Alors que ceux-ci la place quatrième derrière Jean-Luc Mélenchon, qui fait une grande percée et se met, actuellement, en position de troisième homme de cette campagne, la nouvelle présidente du F.N., invitée hier de Dimanche +, s'est dit sincèrement convaincue d'être au second tour.
" Les instituts de sondage disent n'importe quoi et je peux vous dire qu'il va y avoir une grande surprise parce que les Français ont compris une chose : la seule qui est capable d'être au second tour, c'est Marine Le Pen, le seul vote utile contre le système, c'est donc le vote Marine Le Pen" a-t-elle déclarée dans l'émission politique de Canal +.
Le fait est que la remontée spéctaculaire du candidat du Front de Gauche, et, en parallèle l'effondrement de François Bayrou, peuvent laisser envisager un second tour dont on ne pensait plus le scénario possible, mais qui serait, globalement le même qu'en 2002. Si jamais Jean-Luc Mélenchon enlève suffisament de voix au candidat socialiste, qui faiblit de plus en plus dans les intentions de vote, en revanche, il laisse le chemin libre pour Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, qui pourraient fort bien être tous deux en lices au soir du 22 avril. Cette éventualité n'est donc plus forcément à exclure.
Marine Le Pen a d'ailleurs achevé sa démonstration en disant : "Je suis persuadée qu'il y a plus d'un Français sur deux qui ne veut pas d'un duel François Hollande-Nicolas Sarkozy, ceux-là savent ce qu'ils doivent faire." Phrase que semble confirmer le sondage réalisé par le Journal du Dimanche et qui annonce que 43 % des Français ne veulent pas du débat classique UMP-PS au second tour.

dimanche 1 avril 2012

Incroyable mais vrai : il va falloir payer pour voter !


L'annonce du Ministre de l'Intérieur Claude Guéant est pourtant très sérieuse. Il semble que pour pouvoir assurer les frais colossaux des élections, le gouvernement n'ai trouvé que cette solution.
La place Beauvau justifie cette décision en précisant que le Chef de l'Etat, s'il est réélu, a prévu de consulter plus régulièrement le peuple, notamment par le biais de référendums, mais que cette décision représente un coût qu'il semble impossible de payer autrement. C'est le prix de la démocratie, assure le Ministre de l'Intérieur.
Les réactions ne se sont pas fait attendre, tant à gauche qu'à droite sur ce sujet, la plupart des autres candidats se montrant offusqués et ouvertement contre cette décision qui intervient à seulement trois semaines du premier tour de la présidentielle, qui devrait être la première élection payante.
Si la somme forfaitaire n'a pas encore été annoncée, le premier policier de France a laissé entendre que cette somme ne serait pas élevée, afin de de ne priver personne de s'exprimer.
Mais voilà le hic de cette histoire, c'est que...c'est un poisson d'avril ! L'information relayée par le site d'information de Yahoo.fr a été reprise largement toute la journée, mais pas toujours en précisant qu'il s'agissait d'une blague. Néanmoins, on se demande si celle-ci ne risque pas de donner des idées à certains...

http://fr.news.yahoo.com/presidentielle-il-faudra-payer-pour-voter.html

mardi 27 mars 2012

Eva Joly tâcle Sarkozy sur ses financements de campagne

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


La candidate d'Europe Ecologie Les Verts a directement mis en cause le chef de l'Etat concernant le dossier Banier.
Invitée de La Matinale de Canal +, l'ancienne juge d'instruction a déclaré que, du fait de sa mise en cause, concernant le financement de sa campagne de 2007, dans le dossier Banier/ Bettencourt, l'actuel chef de l'Etat devait renconcer à son immunité présidentielle, et s'expliquer, ce qui devrait permettre ainsi à la justice de faire la lumière dans cette affaire.
La candidate écologiste en fait un exemple de démocratie, attendant, dit-elle, de voir, si on laissera le juge continuer son enqueête, ou si on lui en donnera les moyens.
Elle a rappelé au passage qu'elle devait, en ce qui la concerne, faire campagne avec de petits moyens, quand le candidat de l'UMP pouvait bénéficier de moyens illicites. Et de rappeler à ce propos la suspicion de financement par le régime défunt du colonel Kadhafi.
Si son poids dans les sondages ne grossit pas, il faut reconnaître que celle qui avait fait trembler les dirigeants de l'affaire Elf, et l'ancien ministre Roland Dumas semble très acharnée sur le dossier Bettencourt.

lundi 26 mars 2012

Résultat de notre sondage : un duel Mélenchon - Cheminade au second tour


Notre sondage hebdomadaire a rendu son verdict : c'est donc Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche, et Jacques Cheminade, celui de Solidarité et Progrès, qui finiraient selon vos votes au second tour, réunissant tous deux 26 % des voix. Vient ensuite François Hollande, avec 17 %, talonné par Marine Le Pen (13 %). François Bayrou récolte 8 %, et les deux candidats d'extrême-gauche, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, chacun 4 %. Fait surprenant, aucune voix n'a été à Nicolas Sarkozy, Eva Joly ou Nicolas Dupont-Aignan.
Nous relançons donc notre sondage cette semaine, alors n'hésitez pas à voter !

Bayrou entre pleinement dans la campagne


Le candidat du Modem a dégaîné son programme lors d'un grand meeting au Zénith de Paris hier soir.
Pour lui, aucun des deux candidats principaux n'est en mesure d'apporter le changement dont la France a besoin. Il serait donc la seule réponse valable pour les Français.
Placé désormais en 5ème position dans les sondages, derrière Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, l'ancien troisième homme de la campagne de 2007 fait aujourd'hui figure de petit candidat, et il a donc voulu lors de ce meeting se placer comme la seule alternative cohérente à l'inévitable alternance.
Il en a également profité pour présenter ses premières mesures qui seraient mises en place dès les six premiers mois de son mandat si les Français lui apportent leurs suffrages.
Tout d'abord un référendum sur la moralisation de la vie publique qui se tiendrait en même temps que le premier tour des législatives de juin prochain. Avant le mois de juillet, il réduira les frais de fonctionnement de l'état, et abaissera les niches fiscales. Des mesures d'urgence dans les domaines du logement et de la santé seront également prises, et les PME de moins de 50 salariés devraient pouvoir obtenir d'embaucher un salarié, sans payer de charges sur cet emploi.
Avant la rentrée de septembre, il annonce un Grenelle de l'éducation afin de résoudre les probèmes dans l'Enseignement. Il prévoit aussi de réduire le nombre de CDD en créant un contrat de travail unique, d'augmenter le pouvoir d'achat et de redonner une totale indépendance aux médias. Enfin, il donnera à la règle de la parité une réalité dans la vie quotidienne.
Autant d'annonces qui devraient montrer qu'il est un candidat sérieux à la présidence de la République.

mercredi 21 mars 2012

Hénaut Président !



Alors que la campagne est en sommeil, après les évènements de Toulouse, le comédien et réalisateur Michel Müller sort aujourd'hui sa comédie "Hénaut Président!" qui reprend le personnage crée il y a 5 ans sur Paris Première.
Ce candidat, sortie de nulle part, va être propulsé en tête des sondages grâce au travail de la société de communication crée par Olivier Gourmet.
Une comédie qui dénonce la main-mise de la communication au détriment des idées politiques. A voir.

mardi 20 mars 2012

La campagne en deuil


Après la tuerie de Toulouse, la réaction des candidats a été unanime. Alors que François Bayrou a participé à la cérémonie oecuménique dans la grande synagogue de la ville rose, hier soir, François Hollande a annoncé qu'il considérait que le débat politique ne pouvait avoir lieu après de pareils évènements. Il a été suivi par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen.
Ainsi donc, les débats télévisés, meetings, et autres interventions des différents candidats, (dont la liste officielle a été finalement fixée hier soir) seront moindres, si ce n'est anulée pendant les deux prochains jours.
Notre rédaction se joint d'ailleurs aux candidats pour témoigner son soutien aux familles des victimes de cete attaque sanglante et barbare.

lundi 19 mars 2012

Sarkozy : la gauche responsable !



Lors de son meeting lyonnais de samedi, le candidat de l'U.M.P. a frappé fort contre les socialistes, responsables selon lui, des crises du logement, et du démantèlement de la sidérurgie française. Il a également reprocher aux socialistes, et plus particulièrement à François Hollande, de fuire le débat.
Voulant se présenter comme le sauveur de la situation, le président-candidat a annoncé une série de propositions pour venir en aide, dans les domaines du social et de l'emploi, aux Français.
Ainsi, il a proposé que les entreprises qui embaucheraient un senior de plus de 55 ans en CDD ou CDI, soient exonérées des charges patronales. Il a également promis de ne plus faire évoluer l'âge de départ à la retraite au delà de 62 ans.
Dans le domaine de la santé, il a proposé que des maisons médicalisées soient installées près des hôpitaux pour gérer les urgences du quotidien, et que les médecins travaillant en zones rurales, où le manque de médecins se fait de plus en plus sentir, soient mieux rémunérés, à travail similaire. Il s'est également engagé à négocier le non dépassement des honoraires avec les syndicats de professionnels du secteur de la santé.
Enfin, pour les P.M.E., il a assuré que désormais 20% des marchés publics seraient confiés à celles-ci.
Caracolant désormais en tête des sondages, le Chef de l'Etat a donc rassuré ses partisans, et semble espérer une réelection le 6 mai prochain.

dimanche 18 mars 2012

Mélenchon veut reprendre la Bastille


A la veille de l'annonce officielle de la liste des candidats du premier tour, le candidat du Front de Gauche organise à Paris un grand rassemblement dont l'objectif final est la place de la Bastille, symbole républicain s'il en est, sur laquelle il doit, à 17h, faire un discours devant, espère-t-il, près de 30 000 sympathisants.
Le leader communiste se sent pousser des ailes depuis que les sondages le placent au dessus des 10 % (score que n'a plus atteint le PCF depuis l'élection présidentielle de 1988 !), et se déclare comme vainqueur du débat dans cette campagne, François Hollande et Nicolas Sarkozy présentant tous deux des idées que le député européen a depuis longtemps prôné dans son programme.
"Je triomphe !" claironne-t-il, certain de donner à ses idées une place qu'elles avaient, semble-t-il, perdue.
Cet après-midi, il compte sur l'engouement des militants, mais aussi des syndicalistes, venus des quatre coins de France, notamment les ouvriers de Florange, ou les salariés de Pétroplus.
Cette manifestation hautement symbolique, le jour de la date anniversaire du soulèvement de la Commune, marque aussi, pour le chef du Parti de Gauche, sa volonté affirmée de passer à une nouvelle République. Celle-ci devra être "sociale, laïque et écologique" selon son programme. Convaincu de l'emporter au soir du 6 mai, il se voit déjà comme le dernier Président de la Vème. L'avenir nous le dira...

samedi 17 mars 2012

Résultat de notre sondage : François Asselineau élu !


Alors que va commencer la campagne officielle, dont la liste des candidats sera connue lundi à 17h30, voici le résultat pour le moins surprenant de notre sondage.
En effet, le candidat de l'U.P.R. a recueillis 65% des voix dans notre sondage.
Derrière lui viennent Jacques Cheminade (5%) et Marine Le Pen (4%). Les autres candidats ne récoltent que peu de voix en comparaison : Cindy Lee, Patrick Giovannoni, Jean-Noël Dupuis, Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Jean-Marc Governatori et François Hollande ne sont crédités que de 1,8 % des voix, Jean-Luc Mélenchon et Jacques Borie (qui a d'ailleurs appelé à voter pour Jean-Luc Mélenchon) 1,25 % et enfin 0,6 % pour Christophe Alévêque, Raoul Wampas, Gaspard Delanoë, François Amanrich, Stéphane Guyot, Chritopher Guéna,Clément Wittmann, Patrick de Villenoisy, Renaud Camus, Carl Lang, Nicolas Dupont-Aignan, Dominique de Villepin, Eva Joly, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud.
Notre sondage reprendra lundi avec la liste officielle des candidats cette fois ! Alors, à vos souris !

mercredi 14 mars 2012

Patrick Bourson : aux marches du palais


Le créateur du parti "Ensemble, redressons la France !" devrait déposer vendredi ses parrainages au Conseil Constitutionnel.
L'homme n'est pas un inconnu du monde politique. Ancien membre du Front National, il a quitté le parti d'extrême-droite en 2009 pour fonder son mouvement. Soutenu par l'humoriste Dieudonné M'Bala M'Bala lors des législatives de 2007, il n'obtient que 5% des voix dans sa circonscription de la Marne.
Il déclare aujourd'hui être en possession de 502 parrainages.
Mais il ne compte pas en faire usage ! Conscient qu'une campagne serait trop onéreuse pour son parti, et également conscient qu'il n'obtiendrait au mieux que 1 ou 2 % des voix, Patrick Bourson compte appeler à voter Nicolas Sarkozy !
Il appuie son choix, non sur une quelconque sympathie pour l'actuel Chef de l'Etat, mais plutôt sur le fait que celui-ci aurait déjà intégré 13 des 16 propositions faites par son mouvement pour la présidentielle.
Un soutien de plus pour le candidat-président, mais une attitude pour le moins surprenante à l'heure où tant de candidats sont encore incertains par manque de parrainages...

samedi 10 mars 2012

Nicolas Dupont-Aignan : "Avec de l'audace, de l'intelligence, de la souplesse, nous pouvons repartir sur de meilleures bases."


Le candidat de Debout la République annonce la couleur dans son nouveau livre, Le Printemps Français, titre qui fait référence au Printemps Arabe, révolution qui avait frappé l'an dernier l'Afrique du Nord et le Proche Orient.
Il promet, dans le cas où il serait élu au mois de mai prochain, des réformes rapides, sous sept mois, dans notre pays.
Pour commencer, un référendum sur la sortie de l'euro, "cette arnaque du siècle" selon le député de l'Essonne.
Il compte également renégocier les traités européens, afin qu'ils soient plus favorables à la France, et y faire entrer certaines nouveautés, notamment dans le domaine des technologies et de l'énergie.
Ensuite, il compte re-nationaliser le domaine de l'énergie, notamment en nationalisant la société Total-Elf-Fina. Il compte également dans le même temps nationaliser les autoroutes.
Enfin, d'ici la rentrée de septembre, il compte abroger la réforme territoriale et lancer une politique de relance sur la sécurité, en augmentant les effectifs de police, et le nombre de places dans les pénitenciers français.
Avec un programme aussi ambitieux, il espère obtenir une large adhésion des Français, qui pour l'instant semblent se désintéresser de sa campagne, sachant qu'il reste à, approximativement, 1% d'intentions de vote.

vendredi 9 mars 2012

François Asselineau "Je suis l'empêcheur de tourner en rond de cette élection, parce que je dis la vérité !"


François Asselineau était hier sur Sud Radio, reçu par Robert Ménard. Le candidat de l'Union Populaire Républicaine, le parti qu'il a crée, y a déplorer de n'être pas plus reçu sur les grands médias nationaux, leur reprochant de faire, avant même le premier tour, le choix entre grands et petits candidats.
Il faut dire que peu de gens connaissent cet ancien membre de l'U.M.P. qui a claqué la porte en 2006 pour fonder l'U.P.R., mais ne se reconnaît pas comme un homme de droite.
Candidat à la présidentielle, il espère que son combat permettra d'éviter à la France de vivre la même crise que la Grèce, chose qui lui semble, à l'heure actuelle, plus qu'incontournable, à moins d'agir rapidement contre cela.
Il a prôné le retrait de la France de l'Union Européenne comme de l'OTAN, reprochant au système actuel de déposséder les états, et notamment la France, de ses pouvoirs, pour les dispatcher aux organisations européennes ou internationales. Il considère que de ce fait la France est asservie. Il veut donc, s'il est élu, lutter, notamment contre les délocalisations, et tout ce qui peut affaiblir notre pays. Il a défendu le patrimoine français face à ce qu'il appelle "la colonisation américaine" ou contre la mondialisation.
S'appuyant sur son expérience, notamment en politique étrangère, il souhaite apporter sa loyauté et sa connaissance des dossiers de l'état "pour que vive la France, et éviter qu'elle ne soit détruite".
Comparé par un auditeur, dans son discours à Marine Le Pen, François Asselineau s'est vivement opposé à la candidate du Front National "cette S.A.R.L. familiale" qui kidnappe certains sujets importants, et empêche qu'ils soient sérieusement abordés.
Sur la question du logement, il s'est dit très touché par le problème, et promet qu'un grand projet pourra être réalisé, s'il est élu, en sortant de l'Union Européenne, la participation à l'U.E. coûtant près de 7 milliards d'euros à la France , pouvant dans ce cas être réutilisée pour construire 80 000 logements sociaux supplémentaires par an, durant le mandat présidentiel.
Interrogé sur ses parrainages, il a refusé de donner le nombre exact de signatures qu'il a réunis sur son nom, mais à appeler solennellement les élus à lui apporter leur soutien.


François ASSELINEAU chez Robert Ménard - Sud... par UPR-TV

jeudi 8 mars 2012

Nathalie Arthaud première en lice pour le 22 avril


La candidate de Lutte Ouvrière a, en effet, terminé sa campagne de recherche de parrainages et d'ors et déjà déposés ceux-ci au Conseil Constitutionnel. Forte de 521 soutiens d'élus, qu'elle a d'ailleurs tenue à remercier, car beaucoup, selon elle, l'ont soutenus, sans pour autant être totalement en accord avec son programme, elle ouvre donc le bal des candidats officiels à ce premier tour.
Dans les 8 prochains jours, on devrait donc voir un ballet incessant près du Palais Royal, de candidats. On attend d'ailleurs aujourd'hui Jacques Cheminade, qui devrait lui aussi déposer ses parrainages auprès du Conseil des Sages de la République.
Après avoir remis ceux-ci, la candidate L.O. a dis qu'elle était soulagée, après les difficultés de la chasse aux parrainages, et qu'elle espérait qu'en entrant dans cette nouvelle phase de la campagne, en tant que candidate officielle, elle serait un peu plus présente dans les médias, et pourrait faire entendre son message.

lundi 5 mars 2012

Carl Lang dénonce la manoeuvre de Marine Le Pen


Le leader de l'Union de la Droite Nationale a clairement attaqué Marine Le Pen lors d'un conseil national de son parti qui s'est tenu hier à Paris.
Actuellement en possession de 380 parrainages, l'ancien lieutenant de Jean-Marie Le Pen avait déjà pris ses distances avec la candidate du Front National, notamment en défendant la candidature de son adversaire, Bruno Gollnisch, lors de l'élection interne du F.N. pour désigner le nouveau président du mouvement d'extrême-droite.
Carl Lang rend Marine Le Pen directement responsable de sa possible absence au premier tour de la présidentielle.
En déclarant manquer de 50 parrainages, alors qu'elle les possèderait déjà, elle aurait, selon lui, cherché à éviter que sa candidature aboutisse. Pour autant, le candidat de l'U.D.N. n'exclut pas la possibilité, si sa situation reste identique dans la chasse aux parrainages, d'appeler à voter pour son adversaire, même s'il la taxe d'avoir des idées de gauche en utilisant le terme de "gaucho-lepénisation" à propos du discours du Front National.

dimanche 4 mars 2012

Hollande face au cartel des conservateurs européens


Le candidat socialiste a réagit aujourd'hui sur France 3 à l'information donnée par le quotidien Der Spiegel. Selon l'organe de presse allemand, les premiers ministres anglais, espagnol et italien se seraient mis d'accord avec la chancelière allemande, Angela Merkel, pour refuser de recevoir François Hollande.
Une opposition unique dans l'histoire, dont la réalité a déjà été démentie.
Le leader socialiste s'est toutefois montré compréhensif, en reconnaissant qu'il comprenait que les leaders conservateurs européens soient plutôt en faveur de Nicolas Sarkozy, mais il a affirmer qu'ils n'avaient pas à peser sur la décision des Français.
Rappelons que lors de ses récents voyages à l'étranger, le député de Corrèze n'a été reçu par aucun des chefs de gouvernement.
Il a enfin affirmé que s'il devait prochainement travailler avec eux, il n'hésiterait pas à leur imposer une loi de croissance dans les prochains traités européens.

vendredi 2 mars 2012

Dominique de Villepin frappe fort



L'ancien premier ministre n'a pas maché ses mots ce matin sur BFMTV, la chaîne d'info en continue. Alors qu'il aborde les deux principaux candidats, il dit clairement qu'ils prennent les Français pour des "couillons".
Assurant que la plupart des propositions des deux leaders de cette campagne ne sont qu'électoralistes, et ne cherchent donc qu'à obtenir davantage de voix des électeurs, sans pour autant être crédibles, il annonce que ni l'un ni l'autre ne pourra les tenir, qu'il s'agisse des retraites, des salaires ou des référendums promis depuis quelques jours.
Pour le président de République Solidaire "ni l'un ni l'autre ne mettra en application ce qu'ils disent".
Les mesures qui auraient été proposées par François Hollande et Nicolas Sarkozy ces derniers jours seraient financièrement irréalisables et entraîneraient le pays un peu plus dans la crise, et aggraveraient sa dette.
Annonçant avoir déjà réunis plus de 400 parrainages, Dominique de Villepin compte bien être présent au premier tour. Sans doute pour faire mentir le tournant pris par cette campagne, où selon lui, tout est décidé par les médias et les communicants.

jeudi 1 mars 2012

Jean-Marc Governatori veut encore se battre


Le candidat de l'Alliance Ecologiste Indépendante a commencé mardi une grève de la faim devant le CSA pour obtenir la reconnaissance du pluralisme politique dans notre pays, notamment lors de l'élection présidentielle, afin que chaque personne qui le souhaite puisse se présenter sans devoir obtenir de parrainages. Installé avec son camping-car de campagne devant l'institution chargée durant la campagne de veiller à la juste répartition du temps de parole entre les différents candidats, celui qui tenta déjà en 2007 de se présenter à la présidentielle espère être entendu.
Fort de 315 parrainages obtenus, il aimerait que les médias ouvrent d'une manière égale leurs ondes et leurs pages à chaque candidat, sans faire de disctinction entre "petits" et "grands". Il promet de rester stationné devant le CSA jusqu'au 16 mars, dernière extrémité acceptée par les Sages pour présenter les parrainages à leur contrôle.

Un deuxième tour hors du commun


Le résultat de notre sondage du mois de février est assez surprenant, car, comme nous sommes l'un des rares médias à proposer un sondage comprenant tous ceux que l'on appelle "les petits candidats", certains d'entre eux enregistrent des chiffres qui n'apparaissent nulle part ailleurs.
Ainsi, le second tour potentiel de notre sondage ferait s'affronter deux François (Asselineau et Hollande).
Le leader de l'Union Populaire Républicaine obtient 22 %, et le candidat socialiste 16 % de vos suffrages. Le rôle du troisième homme revient à Jean-Luc Mélenchon avec 11% des voix.
Derrière eux viennent Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen (ex-aequo avec 8 %), Jacques Cheminade (6 %), Nicolas Sarkozy et François Bayrou (4%), Jacques Borie (3%)et enfin, avec seulement 1% des voix, François Amanrich, Dédé l'abeillaud, Stéphane Guyot, Clément Wittmann, Carl Lang, Jean-Noël Dupuis, Dominique de Villepin, Jean-Marc Governatori et Philippe Poutou.
Nous relançons donc le sondage, mais cette fois jusqu'au 16 mars seulement, date à laquelle la liste officielle des candidats devrait être connue.
Pensez aussi à remplir notre sondage de bas de page sur le sujet principal de cette campagne. A vos souris !

mercredi 29 février 2012

Nicolas Sarkozy réutilise son "Travailler plus pour gagner plus !"


En meeting à Montpellier, le Chef de l'Etat a présenté une partie de son programme dans le domaine de l'Education.
Après les propositions de son adversaire directe dans les sondages, François Hollande, dans ce domaine, le président candidat a décidé de frapper fort, et pour cela a réassortit sa proposition phare de 2007 "Travailler plus pour gagner plus".
Pour lui, la solution dans l'enseignement, du fait de la difficulté financière actuelle de notre pays, ajoutée à la nécessité de réduire les effectifs, notamment par le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux lors des départs en retraite, est de faire travailler davantage les professeurs volontaires.
Le candidat Sarkozy propose que les enseignants volontaires fassent 8 heures par semaine en plus devant leurs élèves, pour une rémunération supplémentaire moyenne de 500 euros mensuels.
Il résoudrait ainsi également la question de la présence d'adultes dans les établissements scolaires.
Mais il y a fort à parier que la proposition a peu de chance de gagner l'électorat du corps enseignant. Rappelons que pour les différents syndicats enseignants ces propositions correspondent peu aux réalités du terrain, beaucoup d'ensignants faisant déjà des heures supplémentaires, du fait des nombreuses suppressions de postes ces dernières années, et que l'augmentation proposée par le candidat est d'ors et déjà considérée par ces derniers comme "un marché de dupes", ce qui est également l'avis de François Hollande.
Nicolas Sarkozy risque donc fort de devoir revoir sa copie sur ce sujet !

lundi 27 février 2012

Dédé l'abeillaud sera peut-être au premier tour !


Celui qui, depuis plus d'un mois, se présente comme le défenseur de la bio-diversité, se rapproche de plus en plus d'une place au premier tour de la présidentielle.
Déjà assuré de plus de 350 parrainages, il se déclare d'autant plus confiant dans sa chasse aux promesses de parrainages que depuis les défections récentes de Christine Boutin, Hervé Morin, ou bien encore Frédéric Nihous, de nombreux élus cherchent à donner leurs parrainages à de petits candidats.
Dédé l'abeilleud (alias David Derrien) représente pour ces élus une valeur sûre. Certes, il est encore peu connu, mais son message commence à faire son chemin, et il multiplie les interviews dans les quotidiens, notamment régionaux.
Beaucoup d'élus déclarent également vouloir lui apporter leur soutien, car en ce qui le concerne, il ne se désistera pas pour un autre candidat, ne se laissdera pas séduire par un poste ou de l'argent, comme le déclare l'un de ses soutiens, Philippe Bodard, maire de Mûrs-Erigné et conseiller général du Maine et Loire (récemment exclu du Parti Socialiste).
Ecologiste convaincu et membres des faucheurs volontaires d'OGM, Dédé l'abeillaud, malgré son look qui peut prêter à sourire, défend son message avec sérieux, et compte bien peser dans la campagne pour défendre son programme dont le slogan à tout pour inspirer "Semer,S'aimer, Essaimer !"

samedi 25 février 2012

Tirage au sort pour la présidentielle


Devant la pression exercée par les différents candidats auprès des élus pour obtenir leur parrainage, élément d'autant plus déterminant à moins de trois semaines du délai légal de dépôt des promesses au Conseil Constitutionnel, certains élus, agacés, usés, ou simplement, ne voulant pas être rendus responsables (ou coupables) de leur choix, s'en remettent au hasard.
Cette façon de faire, qui rappelons le est toutefois interdite dans la loi, semble en effet gagner de plus en plus de communes, souvent modestes, dont les maires se refusent à ne pas faire profiter de leur parrainage un candidat, mais ne veulent pas être pour autant stigmatisés pour leur choix. Ainsi, le maire de la petite commune de Saint Servais dans le Finistère, village de moins de 800 âmes, s'en remet depuis la présidentielle de 2002 au tirage au sort pour résoudre ce problème cornélien.
En 2002, le sort avait favorisé Chrsitine Boutin, et Olivier Besancenot en 2007. Car Monsieur Lauent Mazurié, le maire (sans étiquette) de cette riante cité bretonne a des principes, dont celui de favoriser les petits candidats. C'est donc dans cette optique qu'il a annoncé vouloir réitérer la formule prochainement, lors d'une réunion du conseil municipal. Qui sortira cette fois du chapeau ?
Rappelons qu'en 2007, Jean Jacques Aillagon, ancien ministre de la culture, et à cette époque conseiller régional de Lorraine, avait fait de même, et donné ainsi son soutien à ...Olivier Besancenot !
Mais il se peut fort bien que le Conseil Constitutionnel invalide les parrainages ainsi obtenus, comme il l'a annoncé ce vendredi, car, le choix d'un candidat est "un acte personnel et volontaire, qui ne peut donner lieu ni à marchandage ni à rémunération " a rappelé le Conseil des Sages.

vendredi 24 février 2012

Philippe Poutou s'inquiète pour ses parrainages


Le candidat du N.P.A. a en effet affirmé avoir réunis seulement 460 promesses de parrainages, ce qui est bien en dessous de ce qu'avait déjà réunis en 2002 et 2007 à la même période son prédécesseur, Olivier Besancenot.
Peu importe, il compte bien se battre jusqu'au bout, pour obtenir les 500 signatures nécessaires à sa présence au premier tour de la présidentielle.
Il a d'ailleurs clairement appelé le P.S., et plus particulièrement son candidat, François Hollande, pour que ses représentants en province ne fassent pas obstacle à ce projet en faisant pression sur les élus locaux, en leur interdisant d'apporter leur soutien à un candidat non-socialiste.
Soutenu par le fondateur de son parti, Philippe Poutou a également précisé que si on ne pouvait pas décemment croire Nicolas Sarkozy lorsqu'il se présentait à nouveau comme le Président du pouvoir d'achat, on ne pouvait pas non plus faire une totale confiance à François Hollande, qui mènera, selon lui, à n'en pas douter, une politique économique libérale.
Reste que le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste ne part pas gagnant dans cette campagne. Inconnu jusqu'à sa nomination, il a du mal à vivre dans l'ombre du facteur de Neuilly. Ne bénéficiant que d'un pourcentage très faible dans les sondages, écrasé par la présence forte de Jean-Luc Mélenchon à l'extrême-gauche, candidat qui semble même tenter certains membres du parti anticapitaliste, qui seraient favorables à un ralliment au candidat Front de Gauche, Philippe Poutou semble donc bien en difficulté. Mais cela ne veut pas dire que les jeux sont faits, et il espère gagner en reconnaissance et en popularité lorsqu'il aura un temps d'antenne média identique aux autres candidats. Mais avant cela, il faudra se battre pour glaner les signatures encore manquantes.

jeudi 23 février 2012

Sarkozy tente de s'allier les bas salaires


Lors d'une intervention télévisée chez nos confrères de France 2 hier soir, le Chef de l'Etat a lancé de nombreuses propositions pour revalorier le travail, et entraîner plus de justice dans le monde du travail.
Parmi ces propositions, la plus marquante est, à n'en pas douter, celle de réformer la prime pour l'emploi, qui, de l'aveu du Président sortant, ne marche pas, pour pouvoir supprimer les cotisations sociales pour les bas salaires, c'est à dire ceux compris entre 1 000 et 1 400 euros nets. Cela devrait permettre aux personnes ainsi rémunérées de voir leurs revenus augmenter d'un peu moins de 1 000 euros sur une année.
L'actuel locataire de l'Elysée considère que la seule réponse possible à la crise actuelle est de revaloriser le travail. Il souhaite ainsi que les bénéficiaires du R.S.A. soient contrainds d'effectuer des travaux d'intérêts généraux, à raison de 7 heures par semaine, contre rémunération. Tout cela ayant pour but de mettre fin à l'assistanat dans le domaine de l'emploi.
Les salaires des dirigeants des grandes entreprises devraient aussi être plus surveillés, et ne plus atteindre les sommets connus jusque là. Les parachutes dorés accordés à ceux-ci en cas de départ précipité, suite à une faillite ou une mauvaise gestion, devraient disparaître.
Le candidat Sarkozy a aussi profité de cette interview pour reconnaître son erreur au soir de sa victoire en 2007, de s'être rendu au Fouquet's.
Toutefois, ces propositions et cette volonté de se faire pardonner à entraîner des réactions très vives chez les autres candidats, notamment chez Jean-Luc Mélenchon, qui renvoie Sarkozy dos à dos avec Marine Le Pen, considérant que les propositions du Président reprenaient celles de la candidate F.N., et que son attitude correspondait à l'agitation frénétique d'un homme en train de se noyer.

mercredi 22 février 2012

Frédéric Nihous jette l'éponge et rejoint Sarkozy


Nouvel abandon, et nouveau ralliement au candidat Sarkozy. Le candidat du parti Chasse Pêche Nature et Traditions, a lui aussi choisit d'abandonner devant la difficulté de réunir ses parrainages et le peu d'enthousiasme soulevé par sa candidature dans les sondages.
Reconnaissant des convergences fortes entre lui et le chef de l'Etat qu'il a rencontré récemment, Frédéric Nihous a obtenu de lui l'engagement de faire respecter les traditions de la ruralité.
Il en a également profité pour attaquer les Verts, ses ennemis de toujours, opposés au lobby des chasseurs, et à la ruralité, selon lui, et à François Hollande, qui traite avec eux.
Ce nouvel abandon, et ralliement au Président sortant fait suite à ceux de Christine Boutin, et d'Hervé Morin. Dans cette période où l'on s'approche à grand pas de l'échéance du 16 mars, date à laquelle les parrainages doivent être présentés au Conseil Constitutionnel pour être validés, les abandons sont tout naturellement nombreux. Alors, à qui le tour ?

La valeur n'attend pas le nombre des années


Il est jeune, il est vrai. Mais il est candidat.
Christopher Guéna est le plus jeune. A seulement 20 ans, cet étudiant en droit à la faculté de Laval a décidé de se présenter car pour lui, ni la droite ni la gauche ne sont en mesure de sortir la France de la situation où elle se trouve. Président de son parti, Société Nouvelle, il propose 101 propositions, parmi lesquelles le passage aux 32 heures. Quand on l'attaque sur son âge, il réplique que les quadras et les quinquas actuels de la politique pédalent dans la semoule, alors que lui bénéfice de la "culture de l'audace" que l'on a à 20 ans. Ne bénéficiant encore que de 17 parrainages, sa candidature semble mal engagée pour le premier tour, mais il souhaite au moins que ses idées soient entendues.
Défendant l'égalité des chances, il veut surtout que sa présence dans la campagne permette de ranimer le débat.

Les Sages refusent l'anonymat des parrainages


Le Conseil Constitutionnel s'est, en effet, déclaré contre le changement de la règle des parrainages à seulement quelques semaines de la remise de ces derniers au conseil des Sages. L'institution, présidée par Jean-Louis Debré, a argué que la publicité faite autour des candidatures données à tel ou tel candidat ne nuisait pas à la présentation démocratique de tout candidat désireux de le faire.
Marine Le Pen, qui avait présenté cette requête auprès du Conseil, en est donc pour ses frais. Elle n'a pas, comme elle le souhaitait, réussis à obtenir que les élus soient libérés de ce poids, qui les empêcherais d'offrir leur parrainage à des candidats d'autres formations, notamment la sienne.
Pour autant, dans le camp du F.N. on ne s'inquiète pas outre mesure, car, comme l'a révélé le père de la candidate, Jean-Marie Le Pen, elle serait, malgré tout, proche d'obtenir ses 500 parrainages (440 promesses de signature à ce jour, de l'aveu même de la candidate).
En revanche, cette mesure aurait pu aider d'autres candidats, moins bien avancés, à récolter les précieux sésames. Rappelons qu'il reste à peine plus de trois semaines avant la date fatidique du 16 mars.

mardi 21 février 2012

Marine Le Pen et la peur de la viande hallal


La candidate du Front National ne cesse depuis deux jours de défendre sa position, et ce, malgré les dénégations des différentes autorités compétentes.
Pour elle, 100 % de la viande consommée en Ile de France serait hallal, c'est à dire que les animaux seraient abattus selon les règles édictées par la religion musulmane.
Malgré les remarques répétées des différents présidents des syndicats professionnels, et même du ministère de l'Agriculture, la candidate continue à défendre son point de vue, entraînant une polémique qui dépasse, bien entendu, le simple cadre alimentaire. Elle va ainsi jusqu'à arguer que ce type d'abattage représente un risque pour la santé des consommateurs, car il ne garantirait pas la même hygiène.
Rappelons tout de même que selon les professionnels et les pouvoirs publics, seulement 2% des animaux abattus le sont selon le rite musulman, et qu'une bonne partie des viandes consommées dans la région parisienne sont issues d'autres régions françaises.
Mais l'argument de la candidate rappelle d'autres arguments qui cherchent à viser un électorat clairement anti-musulman, comme lors de la polémique qu'elle avait lancé sur la pratique de la prière en pleine rue, pour certains musulmans de région parisienne, dont les lieux de culte sont trop exigües pour tous les accueillir. Reste qu'elle s'entête, malgré les oppositions nombreuses, et fait, ...disons sa tête de cochon !

lundi 20 février 2012

Corinne Lepage veut remettre l'écologie au coeur de la campagne


La candidate de CAP 21 a, depuis quelques jours, retrouvé le chemin des studios de radios et télévisions, et redonné un peu de poids à sa candidature.
Comme elle le dénonce elle même, le débat est actuellement accaparé par les grands candidats. Entendez par là, Sarkozy,Hollande, Bayrou, Le Pen et Eva Joly.
C'est d'ailleurs envers cette dernière que l'ancienne ministre de l'Environnement est la plus virulente, l'accusant, de par son attitude, de desservir la cause de l'écologie dans cette campagne présidentielle.
Son programme, axé sur 70 propositions prioritaires, a été présenté aujourd'hui, et veut ramener la France vers l'équilibre économique en s'appuyant sur l'écologie.
La candidate souhaite notamment lancer un plan SOLEIL, pour permettre de financer les projets écologiques nécessaires pour relancer l'économie tout en se tournant vers une politique éco-responsable.
Elle souhaite également faire sortir notre pays du nucléaire d'ici à 25 ans, et relancer une consommation de produits locaux, notamment en rendant des terres à l'agriculture. Son projet s'inscrit donc totalement dans une logique de développement durable, tant dans dans le domaine de l'environnement que dans le domaine social, et économique.
Encore à la recherche d'une centaine de parrainages pour être au premier tour, l'avocate devrait pouvoir se présenter devant les électeurs pour le 22 avril prochain.

vendredi 17 février 2012

Eric Cantona : une fausse candidature... salutaire !


On se souvient de la déclaration de candidature de l'ancien international français. Beaucoup ont commencés à s'inquiéter, du fait de la popularité, mais aussi par l'engagement profond que semblait défendre le héros de Manchester United.
Mais cette campagne n'a jamais vu le jour. Pourquoi ? Le candidat aurait-il jetté l'éponge ? Pas le genre de Cantona.
Non, c'est en fait que la dite campagne avait pour but de mettre en lumière la pauvreté et le mal logement. Et pour cela, il semble que le combat ait touché son objectif. Pour preuve, la plupart des candidats ont rapidement cherchés à apporter une solution à ce malaise profond qui couve depuis de nombreuses années.
Est-ce tout ? Pas véritablement. Car si la campagne du candidat Cantona n'a pas été lancée, une autre, a vu le jour, plus discrète, celle-ci, malheureusement.
Le site de campagne www.ericantona.fr conduit immédiatement sur le site de mobilisation logement, un collectif qui réunit la fondation Abbé Pierre, Emmaüs et le Secours Catholique. On découvre sur ce site, le vrai pourquoi de cette campagne : faire signer au plus de monde possible une pétition imposant aux candidats de s'engager sur le dossier du mal logement en France. Déjà signée par 100 000 personnes, cette pétition a aussi besoin de vous, pour que le problème du mal logement en France trouve enfin une solution. Si vous voulez signer vous aussi :

http://www.mobilisationlogement2012.com/

jeudi 16 février 2012

Un candidat chasse l'autre


Cette fois, ça y est ! Le chef de l'Etat a officiellement annoncé son entrée dans la campagne présidentielle. A seulement 66 jours du premier tour, il était temps.
C'est en affirmant qu'il souhaite garder une France forte (son slogan de campagne), car seule une France forte pourra protéger les français, que le candidat Sarkozy a lancé sa campagne face à Laurence Ferrari. Il a déclaré avoir "des choses à dire aux Français", et être conscient de ne pas avoir réussis tout ce qu'il avait promis lors de son premier quinquennat, mais que fort de son expérience, il pouvait proposer un programme clair, emprunt de vérité, à nos concitoyens. Il devrait également davantage demander l'avis des Français, notamment par le biais du reférendum, sur les questions qui seraient bloquées.
L'entrée du premier personnage de l'Etat en campagne a déjà entraîné de vives réactions chez les autres candidats. François Hollande rappelant que le prochain référendum sur le premier quinquennat Sarkozy serait la prochaine présidentielle. Marine Le Pen promet que les Français donneront un carton rouge au chef de l'Etat et aux candidats U.M.P. lors des prochaines élections (présidentielle et législatives). Enfin Jean-Luc Mélenchon n'hésite pas à taxer Nicolas Sarkozy de cynisme en parlant de référendum. François Bayrou a, quant à lui, remarqué que le discours du Chef de l'etat restait le même, alors qu'il porte le poids de son bilan. Mais c'est avant tout aux électeurs, maintenant, de faire leur choix.
En revanche, cette entrée en campagne a officiellement mit fin à celle d'Hervé Morin, qui a annoncé à nos collègues du Figaro Magazine qu'il allait se retirer.
Fort de seulement 0 à 1 % dans les différents sondages ces dernières semaines, sa campagne n'arrivait pas à décoller. De plus, il n'avait réussis à réunir que 280 parrainages. Il se range donc, comme Christine Boutin, derrière le candidat Sarkozy, lui qui, pourtant, avait verrtement attaqué dans son récent livre "Arrêtez de mépriser les Français !" l'attitude de l'actuel locataire de l'Elysée.
Il déclare d'ailleurs souhaiter que le président ait tiré "les conséquences des erreurs de ce quinquennat pour retrouver une démocratie équilibrée".
En revanche, Hervé Morin ne donne aucune indication quant à ses parrainages et l'utilisation qu'il compte en faire, ou pas. Rappelons qu'il avait la semaine dernière annoncé qu'il ferait tout pour que Marine Le Pen obtienne ses 500 parrainages si lui-même y parvenait.

mercredi 15 février 2012

Sarkozy candidat ? Pour ou contre, après 5 ans de présidence ?

Alors qu'il est plus que certain que ce soir, le chef de l'Etat va annoncer à 20h sa candidature à la présidentielle 2012, il nous a paru intéressant de nous retourner sur le bilan de son premier quinquennat qui va bientôt s'achever.
Mais se retourner sur les cinq dernières années, c'est se heurter aux visions opposées des français sur la politique, et l'action du Président de la République. Aussi, plutôt que de soutenir telle ou telle vision, nous vous laissons juges, en vous proposant deux vidéos, l'une qui défend le bilan de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement :


Film Bilan Nicolas Sarkozy par Charles1806

et une autre qui dénonce les erreurs de cette même politique :



A vous de juger et de vous faire votre propre opinion.

mardi 14 février 2012

Jacques Cheminade, un candidat dans l'air du temps


De passage à Saint Quentin dans l'Aisne, le candidat de Solidarité et Progrès en a profité pour présenter un peu plus son programme, alors qu'il se dit déjà en possession des 500 parrainages nécessaires à l'accession au premier tour.
Se déclarant contre le système financier actuel, qu'il rend responsable de la crise actuelle, il veut créer une société plus juste, où la solidarité aura pleinement sa place, sur le modèle du "phalanstère".
Et lorsqu'il aborde la question des autres politiques, il ne mâche pas ses mots. Il leur reproche notamment de suivre le système, tout en se déclarant, pour la plupart, contre, et même s'il convient qu'il a peu de chance de l'emporter, il réserve encore sa réponse pour savoir vers qui il tenderait, lors du second tour, à apporter son soutien. Rappelons qu'en 2007, il avait appelé à voter Ségolène Royal, ce qui se comprend de la part de cet homme politique qui se réclame de gauche, même s'il veut qu'on le distingue des autres courants existants.

Christine Boutin fait machine arrière


La candidate du Parti Chrétien Démocrate a annoncé hier soir sur TF1 qu'elle mettait un terme à sa campagne, et se plaçait désormais derrière le chef de l'état, qui, à n'en pas douter, sera candidat cette semaine.
Selon l'ancienne Ministre du Logement, c'est surtout du fait des dernières prises de position du Président de la République, notamment sur les questions ayant trait à la famille (mariage homosexuel, euthanasie) qu'elle a pris cette décision.
Forte de 300 parrainages, elle a annoncé vouloir solliciter les élus qui l'avaient soutenue pour leur demander d'apporter leur soutien à quelqu'un d'autre, mais elle n'a pas voulu citer qui que ce soit.
Ce ralliement apporte un peu plus de force au candidat Sarkozy, et devrait lui permettre de toucher un électorat plus large. En contrepartie, Christine Boutin semble avoir obtenu que, lors des prochaines législatives, son parti puisse compter sur une centaine de canddiats à travers le pays.

dimanche 12 février 2012

Après la chasses aux signatures... le vol de parrainages ?


On peut en effet se demander si ce n'est pas pour s'emparer des précieux sésames pour le premier tour de la présidentielle qu'un groupe de malfaiteurs a vandalisé le QG de campagne du candidat de République Solidaire dans la nuit de vendredi à samedi.
L'affaire, révélée par l'équipe de campagne de Dominique de Villepin, et confirmée par les forces de police, semble bien tourner, pourtant, autour de cela. Fort heureusement, les dits parrainages semblent avoir été conservés à une autre adresse que dans le quartier général de l'ancien premier ministre.
La police , qui a relevé les empreintes, n'a pourtant pas voulu faire de commentaires.
Cela rappelle étrangement les vols répétés chez Ségolène Royal, candidate socialiste, en 2007. De là à y voir une corrélation...

vendredi 10 février 2012

Les stars aussi ont leur place dans la campagne


On se souvient fort bien, lors de la campagne présidentielle de 2007, de l'engagement de certains artistes pour les candidats, notamment pour Nicolas Sarkozy (Johnny Hallyday, Jean-Marie Bigard, Gilbert Montagné) ou pour Ségolène Royal (Cali, Philippe Torreton).
L'édition 2012 ne fait pas exception à la règle en ce domaine. Si beaucoup ont déjà annoncés soutenir François Hollande (Gérard Darmon, Benjamin Biolay ou Yannick Noah), on rencontre aussi chez les autres candidats des stars qui les soutiennent.
C'est le cas pour Stéphane Guyot, le candidat du Parti du Vote Blanc, qui a reçu ces derniers jours le soutien de Francis Lalanne (ancien candidat A.E.I. lors des dernières européennes) ou de Mathieu Kassovitz.
François Bayrou peut lui compter sur l'indéfectible soutien de François Berléand, qui avait déjà soutenu sa campagne en 2007. Anémone soutient pour sa part le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon.
A droite et à l'extrême droite, les soutiens sont aussi présents. Ainsi Marine Le Pen peut compter sur le soutien médiatique de l'avocat Cyril Collard. Nicolas Sarkozy, bien qu'il n'ai pas encore annoncé sa candidature (ce qui ne saurait tarder, selon nos confrères qui nous l'annonce pour la semaine prochaine) peut déjà compter sur Gérard Depardieu, déjà à ses côtés en 2007, mais aussi, bien sûr sur l'appuie de la chancellière allemande, Angela Merkel, ce qui est, convenant en, un atout de poids.

jeudi 9 février 2012

Un dîner aux chandelles pour le couple présidentiel


Le candidat de l'A.E.I., Jean Marc Governatori a annoncé qu'il avait invité le couple Nicolas Sarkozy/Carla Bruni dans un restaurant lyonnais pour un dîner romantique et écologique, la cuisine de l'établissement étant exclusivement à base de produits biologiques, et le tout éclairé à la bougie.
Coup de pub du candidat des écologistes indépendants ? Pas seulement, car l'Alliance des Ecologistes Indépendants a également réservé le reste de l'établissement pour permettre à des couples victimes de la crise de profiter d'une soirée romantique, malgré leurs difficultés actuelles.
On ne sait pas encore si le couple présidentiel acceptera l'invitation, mais on peut déjà saluer le geste du nouveau chef de fil de l'A.E.I.

mardi 7 février 2012

Clément Wittmann, en route pour la décroissance


C'est sur son vélo que ce sympathique nancéien de 51 ans a décidé de partir à la chasse aux signatures d'élus, mais aussi, à la rencontre des français, pour faire passer son message, celui de la décroissance. Ancien membres des Verts, qu'il a quitté déçu par leurs renoncements et leurs trahisons, Clément Wittmann espère bien obtenir ses 500 parrainages. Il en compte aujourd'hui 150, ce qui risque d'être trop peu pour pouvoir participer au premier tour.
Mais cela n'entame pas l'espoir de ce candidat de la décroissance et de l'écologie, qui affirme qu'il veut, par son action, prouver qu'on peut faire de la politique en France, sans avoir beaucoup de moyens :
"Sinon, cela voudrait dire qu'on ne vit pas en démocratie", assure cet ancien charpentier.
Souhaitant dénoncer aussi par son action l'utilisation par certains candidats des fonds fournis par leurs mandatures, il a déposé un recours devant le Conseil Constitutionnel pour dénoncer l’injustice de moyens entre les différents candidats à la présidentielle.
Lucide, il affirme que s'il n'est pas élu, il créera sans doute une entreprise de livraison à vélo, probablement avec un triporteur.

lundi 6 février 2012

Le point sur les signatures


Alors que l'on entend partout les problèmes rencontrés par tel ou tel candidat pour obtenir ses promesses de signatures, qui doivent être, rappelons le, déposées avant le 16 mars, dernier délai, auprès du Conseil Constitutionnel, nous avons décidés, et cela après presque une année d'arrêt, de reprendre nos activités par un petit point sur les différents candidats quant à leurs parrainages.

- Jacques Cheminade, qui fût déjà candidat en 1995, se dit déjà détenteur des 500 signatures synonymes de premier tour.
- Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte Ouvrière semble être en mesure de les obtenir.
- Nicolas Dupont-Aignan se déclare confiant, car il possède déjà 480 signatures, et que les vingt dernières ne devrait pas poser de problème. On se souvient qu'en 2007, il avait été tout près de les obtenir.
- Philippe Poutou, le nouveau candidat du NPA, semble avoir plus de difficultés, n'ayant récolté que 396 promesses.
- Corinne Lepage la candidate de Cap 21, annonce, pour sa part, un score se situant entre 350 et 400 signature sur son nom.
- Christine Boutin semble, en revanche, bien mal engagée, ne réunissant encore que 250 parrainages sur les 500 nécessaires.
- Frédéric Nihous, le candidat du CPNT, tournerait actuellement autour de 220 promesses.
- Dominique de Villepin n'en aurait que 200 actuellement, ce qui semble vouer sa candidature à l'échec.

En ce qui concerne les autres candidats, le soucis semble moins grand. Pour François Hollande, pas de soucis, le nombre d'élus socialiste suffisant largement à atteindre le quota nécessaire. Idem pour le candidat que présentera l'UMP.
Marine Le Pen, qui crie haut et fort, comme son père avant elle, à la difficulté de réunir les parrainages, devrait avoir largement son compte pour se présenter. Quant à Eva Joly, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon, ils devraient réussir à obtenir les précieux sésames pour être du second tour.
En revanche, après l'abandon de Jean-Pierre Chevènement, on nous annonce déjà celui du président du Nouveau Centre, Hervé Morin, d'ici à la fin du mois. Outre la difficulté de réunir les parrainages qui préfèrent aller sur le nom du président du Modem, ou qui attendent une décision de l'Elysée, l'ancien Ministre de la Défense fait face à un large désintérêt des français pour sa campagne, et ne dépasse jamais les 2 % d'intentions de vote, ce qui le pousserait à jeter l'éponge.
Enfin, pour en finir avec ce sujet, il nous revient d'annoncer qu'une abeille se présente à la prochaine présidentielle. Il s'agit en fait de Dédé l'abeillaud, (David Derrien de son vrai nom), un breton de 41 ans, qui défend la bio-diversité. Cela ferait sourire s'il ne précisait avoir déjà réunis plus de 300 parrainages, essentiellement auprès de maires soucieux, comme lui, de l'environnement.